/ Portugal

Une semaine à Madère

Jour 1 Arrivée à Madère

Après une (très) courte nuit, il est l'heure de quitter Rennes. Nous roulons jusqu'à l'aéroport de Nantes Loire Atlantique, le décollage est prévu à 6:45 pour une arrivée à Funchal vers 11:00. Nous voyageons avec Transavia pour la première fois (compagnie low-cost d'Air France), l'avion est confortable, le vol agréable et l'arrivée à l'aéroport de Madère est assez spectaculaire puisque la piste d'atterrissage est très courte et l'avion se pose littéralement entre mer et montagne.
Suite à cet atterrissage couvert d'applaudissements, nous traversons l'aéroport et nous dirigeons vers les bus pour rejoindre le centre de Funchal, où nous prévoyons de séjourner. Nous avons préféré le bus local à la navette; le prix est légèrement inférieur et c'est le meilleur moyen de se mélanger aux habitants de l'île tout en profitant des paysages puisque le trajet est plus long et longe la côte.

Nous avons réservé un appartement avec Airbnb en plein centre et nous disposons d'une heure avant de nous y rendre. C'est l'occasion de s'essayer aux hamburgers typiques du Macdonalds du coin, et de réaliser que le coût de la vie est plutôt faible: moins de 5 euros pour un menu complet. C'est souvent notre premier arrêt à l'étranger, pas pour le côté gastronomique (quoique...), mais parce que c'est ouvert à toute heure et que ça permet d'avoir une idée rapide du coût de la vie (les prix de ce fast-food étant généralement indexés sur le niveau de vie).

Bref, il est l'heure d'aller s'installer dans notre Airbnb. Le propriétaire ne parle que portugais, pas nous, mais les gestes et les sourires suffisent à se comprendre. L'appartement est spacieux, bien placé, bien desservi par les transports et le propriétaire est très gentil. De plus, le prix était très attractif, alors si vous souhaitez y séjourner on vous le recommande.

Une fois installés nous partons en ballade à la découverte de Funchal. Funchal est la capitale géographique et économique de l'île de Madère. C'est l'île la plus touristique d'Europe et elle a été élue meilleure destination en 2015. Cependant les incendies de la semaine passée semblent avoir fait fuir les touristes, une chance pour nous qui avons pu visiter une île calme aux paysages naturels à vous en couper le souffle. Nous partons donc à pied du centre de Funchal et longeons la côte en passant devant le musée et l'hôtel de Crisiano Ronaldo (CR7) puis à travers le parc Santa Catarina. Nous continuons sur la promenade du Lido, lieu très fréquenté puisqu'il regroupe 80% des hôtels de l'île. Les vues sont splendides, nous en profitons pleinement jusqu'à notre arrivée à Doca Do Cavacas où se trouve une piscine naturelle. L'eau y est à la même température que la mer et que l'air, c'est à dire 25°C. Nous payons notre entrée (2€), enfilons masques et tubas, et profitons de la mer tout l'après midi.
Vers 20:00, l'appel du ventre se faisant ressentir, nous quittons donc la piscine et traversons un tunnel qui mène à la Praia Formosa, plus grande plage publique de l'île, composée de galets et de sable noir.

C'est en bus que nous retournons au centre de Funchal, et après quelques courses à Pingo Doce (la grande surface locale), nous rentrons nous faire à manger à l'appartement et enchaînons sur une bonne nuit de sommeil.

Jour 2 Visite de Funchal à pied

Au réveil d'une grâce matinée (n'oublions pas que nous sommes en vacances), nous chaussons nos baskets et partons visiter Funchal à pied. Nous avons suivi une carte touristique faisant apparaître les principaux points d'intérêt de la ville.
La mairie, à l'image de nombreux autres bâtiments est pavée de céramique, ça donne lui donne un côté très vivant et accueillant. Le Mercado dos Lavradores est le plus gros marché de la ville, une vraie habitude pour les habitants malgré l'existance d'étals de fruits et légumes permanents à chaque coin de rue.

Cette promenade longe en grande partie Avenido do Mar, une grande promenade surplombant la Marina et menant à la plage. Lors de la pause déjeuner, nous avons découvert le "bolo do caco" qui est le pain local. Un vrai coup de foudre puisque nous l'avons essayé en sandwich chaud et froid, en hamburger et même au petit déjeuner.

Nous avons ensuite marché jusqu'à Santa Maria aussi appelée la "vieille ville", qui est le centre historique. C'est un quartier assez artistique puisque de nombreuses façades et portes y sont décorées, mais également assez jeune (de nombreux bars) et huppé (de grands restaurants). Guillaume en profiter pour s'éssayer au cocktail local, le Nikita, à base de glace vanille et d'ananas.
Le soir nous sommes rentrés à l'appartement par l'intérieur de la ville afin d'en découvrir un autre aspect et nous avons pu constater que les rues étaient presque uniquement composées de restaurants.

Cette promenade/découverte plus en profondeur de Funchal était paisible et enrichissante, c'est une ville au cœur de laquelle on se sent bien, les habitants ont le cœur sur la main et la langue n'est absolument pas une barrière (beaucoup parlent anglais voir même français). Il est assez facile de s'y repérer et les principales commodités sont facilement accessibles, ça doit être aussi agréable d'y vivre que d'y être en vacances.

Jour 3 Visite imprévue de l'hôpital de Funchal

Levés à 8:00 pour notre première session de canyoning, nous n'avions pas idée que l'activité la plus risquée de la journée serait d'enjamber un trottoir. Celui situé juste devant l'appartement aura permis à Guillaume de nous faire gagner une visite gratuite de l'hôpital de Funchal.
La cheville bien enflée, et faisant peine à voir avec notre poche de glace au milieu de la rue, une gentille dame nous a appelé le Speedy Gonzalez du taxi, ce qui nous a permis de traverser la ville et d'arriver à l'hôpital Dr Nelio Mandanca en moins de 10 minutes. On avait choisi celui-ci car c'est le plus gros de l'île. Le personnel de l'accueil ne parle pas du tout anglais, mais les médecins, ambulanciers et infirmier(e)s oui. On ne rappèlera jamais assez qu'il et préférable de se balader avec sa Carte Européenne d'Assurance Maladie, ça fait gagner un temps fou! En moins d'une heure Guillaume a été pris en charge, a vu un médecin, fait des radios, et à obtenu le verdict: entorse.
Mais rien ni personne ne nous gâchera nos vacances. Alors de retour à la maison je suis allée lui acheter des béquilles, et c'était reparti! Nous savons maintenant que "béquilles" se dit "canadianas" en portugais. Comme quoi, tout est source d'apprentissage dans la vie.
Ayant eu pour prescription quelques jours sans marcher puis quelques semaines de repos, nous avons décidé de passer la journée à la plage. Les masques, tubas et chaussures de plages ont vraiment été rentabilisés durant ce séjour puisque la plupart des plages sont recouvertes de galets. Il est ainsi plus facile de se déplacer, et d'observer les fonds marins puisque l'eau est très claire.

Nous avons passé la fin de cette journée riche en émotion avec de la glace sur le pied devant les JO en portugais. C'est un peu comme y assister en direct au Brésil, non?

Jour 4 Le centre de Madère

Au saut du lit direction le Well.com, un bar/restaurant excellent, pour un brunch bien frais. Le serveur qui s'occupait de nous prenait la peine d'expliquer la composition de chaque plats et boissons, il nous a d'ailleurs fait goûter le "bolo de mel" et le "pastel de nata", deux pâtisseries typiques. Il fallait avoir le ventre bien rempli pour une bonne après-midi surf! Ah... On me dit dans l'oreillette qu'on ne peut pas surfer en béquilles... On va donc se rabattre sur des visites de l'île en van avec guides.
C'est au final ce qui nous aura permis de visiter la quasi-totalité de Madère de manière très intéressante.

Nous débutons le tour de l'île par le trajet "Nun's Valley" qui se rend au cœur de l'île, dans les montagnes et les villages typiques. Notre guide de la compagnie Happy Tour est sympathique, elle nous raconte différentes anecdotes et nous conseille à chaque arrêt.

La totalité de la balade dure 3:00, nous sommes 6, le van est confortable, son anglais est bien compréhensible et nous nous arrêtons à trois endroits:

  • Pico Dos Barcelos : un belvédère situé à environ 350m d'altitude qui offre une vue panoramique sur Funchal, splendide.
  • Eira Do Serrado : un point de vue imprenable sur la vallée des nonnes au coeur des montagnes, on se trouve à peu près au niveau des nuages.
  • Curral Das Freiras : la vallée des nonnes (c'est là qu'elles se réfugiaient quand les pirates attaquaient l'île autrefois). C'est ici que l'on trouve la plus grosse production de châtaignes de Madère et de nombreux fabriquants de liqueurs. Nous avons donc profité de quelques shooters offerts par la maison afin de nous faire une idée du goût des différentes liqueurs maison, celle a l'eucalyptus est l'emblème de la ville et était vraiment parfumée. Pour ma part je n'ai pas su résister à une grande poêlée de châtaignes que j'ai accompagné d'un punch maison (toujours à base de miel à Madère), un délice!

D'un point de vue pratique, ces "tours" proposent de prendre et déposer les voyageurs devant leur hôtel, ce qui est appréciable. À chaque point d'intérêt il y a une pause d'environ une demie heure ou nous avons "quartier libre". Avec Guillaume on aime beaucoup les points de vue et de nombreux arrêts sont des "mirradouros", nous sommes donc pleinement satisfaits!

Nous n'avons jamais vraiment réalisé ce genre de promenades touristiques auparavant, on préfère généralement marcher, se débrouiller avec les transports locaux, ne pas avoir d'horaires et surtout se détacher des groupes de touristes. C'était cependant une belle découverte car c'est ce qui nous a permis d'apprendre beaucoup de choses sur les endroits visités puisque la plupart des guides sont locaux et passionnés par leur île. Puis en béquille c'est ce qu'il y a de plus pratique à faire pour profiter tout même au maximum du séjour.

A l'issue de cette demie-journée nous nous sommes fait déposer au bord de la plage de galets, où, comme tous les soirs, nous avons enfilé maillots, masques, tubas et chaussures de plage pour observer les poissons. On rappelle que l'eau est toujours à la température de l'air, ce qui n'est pas désagréable!

Jour 5 Le sud-est de Madère

On continue sur notre lancée des tours en vans et mini-bus. Cette fois nous sommes 16, même confort, même compagnie, même plaisir. A la journée, les tours quittent Funchal à 9:00 pour nous y ramener aux alentours de 17:00. De grosses journées donc, durant lesquelles nous bénéficions encore une fois d'anecdotes, de récits historiques, de légendes, de détails et de bons plans. Ce guide était particulièrement intéressant car plein d'humour.

Nous avons donc réalisé le tour du sud-est de l'île en passant par différents points d'intérêt:

  • Camacha : un petit village rural mondialement reconnu pour son industrie de paniers en osier. Nous avons pu visiter la fabrique et observer les artisans à l'oeuvre. Ils font preuve d'une réelle rapidité et précision dans leurs fabrications, et ne produisent pas que des paniers. Nous avons d'ailleurs eu un coup de coeur pour le zoo d'osier.

  • Pico do Arieiro : C'est le troisième plus haut sommet de Madère (1818m) et le plus haut accessible en transports, les deux sommets les plus hauts n'étant accessibles qu'à pied (avons nous besoin de préciser que les randonnées de montagnes en béquilles nous paraissaient complexes...?) Nous avons passé 20 bonnes minutes émerveillés par ce panorama, la tête dans les nuages (au sens propre comme figuré).
  • Ribeiro Frio : la rivière froide en français. Elle est surtout connue pour ses bassins remplis de ... truites.
  • Santana : c'est ici que nous nous sommes arrêtés pour déjeuner. Le charme de la ville vient des petites maisons triangulaires et colorées au toît de chaume. Ces anciennes habitations typiques sont maintenant entretenues pour les touristes mais elles étaient réellement habitées autour du 17/18ème siècle.
  • Portela : Un énième belvedère qui offre une vue imprenable sur les villes de la côte nord.
  • Ponta de Sao Lourenço : Un vrai coup de coeur. Un paysage exceptionnel qui diffère grandement du reste de l'île, on se croirait dans une zone désertique tout en étant au milieu de l'océan atlantique. Pour le coup, les photos parlent mieux que les mots, on vous laisse apprécier le spectacle.
  • Machico : la deuxième ville la plus peuplée de Madère, anciennement capitale de l'île. Une jolie petite ville qui donne sur une plage de galets amménagée et qui possède une grande réserve marine pour les amateurs de plongée.

Suite à ce dernier arrêt, le mini-bus nous a redéposé au bord de la plage de Funchal pour la baignade habituelle de début de soirée, puis nous sommes retournés au Well.com, cette fois-ci pour tester les burgers maison de la carte fait avec du "bolo do caco" le fameux pain portugais.

Jour 6 Le nord-ouest de Madère

C'est parti pour une nouvelle journée complète à la découverte du nord-ouest de l'île.

Le chauffeur est assez fier de nous montrer qu'il parle français et à notre grande surprise les deux autres couples qui montent dans le van sont ... français. Alors c'est parti pour une visite dans notre langue natale avec un guide plus que passioné par Madère. Il y vit depuis toujours, connaît les moindres recoins du trajet et toutes les annecdotes associées. Il est très ouvert, ce qui nous permet de poser beaucoup de questions et il est ravi de nous répondre. La journée s'annonce très intéressante et la visite de chaque endroit le confirme:

  • Camara de lobos : un joli petit village de pêcheur en plein développement touristique. Un prix vient d'ailleurs de lui être descerné pour saluer son développement.
  • Cabo girao : L'une des visites les plus attendues du voyage. En grands amateurs de points de vues nous ne pouvions qu'être emerveillés devant l'une des plus grandes falaises du monde. On se trouve à près de 600m de hauteur au dessus du vide, face à l'immensité de l'océan, entourrés de plages et de montagnes, le tout sur un sol de verre. Que demander de plus? Les images ne font pas honneur à la beauté du paysage mais nous avons tout gardé en mémoire.
  • Ribeira brava : une petite ville côtière qui offre à nouveau un beau panorama du sud-est de l'île.
  • Paùl da serra : à 1500m au dessus du niveau de la mer, c'est l'endroit le plus plat de l'île. On domine de grandes vallées en surplombant les nuages, le paysage est à couper le souffle.
  • Porto Moniz : ville pour laquelle nous nous promenons depuis le matin avec nos masques et tubas sur le dos. Cette ville de la côte nord-est possède une grande piscine naturelle (légerement aménagée) et nous en avons bien profité après la pause déjeuner (durant lequel nous avons pu nous essayer à "l'espada com banana" un filet de poisson accompagné d'une banane cuite). L'eau étant à température agréable et claire, nous avons pu observer les fonds marins et notamment de beaux poissons multicolores. L'achat d'une caméra waterproof est prévue pour immortaliser ces rencontres sous-marines lors des prochains voyages.

  • Veu da noiva : un nouveau belvédère qui permet d'observer en temps de pluie de grandes cascades mais le temps était trop sec dernièrement pour que l'on puisse en profiter. En revanche, ça reste un endroit humide et donc plein de lézards (il y en a partout à Madère, les gens en ont peur, nous on adore ça ...)
  • Sao Vicente : Une ville connue pour ses grottes, que nous n'avons pas visitées (faute de temps) mais qui vallent le détour paraît-il.
  • Encumeada : Le point "central" de l'île de Madère. Un sommet qui offre à la fois une vue sur le nord de l'île d'un côté, et sur le sud de l'autre.

Et comme on ne change pas les bonnes habitude, on se fait déposer sur la marina et on file au Well.com.

Jour 7 Promenade en bateau et plongée

En ce dernier jour nous avons opté pour une grâce matinée, un bon repas, une petite baignade et un petit tour de bateau. Nous avons acheté deux billets pour une promenade sur la mer durant laquelle nous étions censés voir des dauphins, des tortues de mer et même des baleines. Pour ma part j'ai fait une sieste au milieu de l'océan durant l'aller tout en prenant un coup de soleil (je suis multitâche) mais Guillaume faisait le guet et aucun animal marin ne s'est montré autour du bateau (à la grande déception des touristes qui ne venaient que pour ça). En ce qui nous concerne, nous savions qu'une longue pause allait nous permettre de nager dans l'eau turquoise située sous Cabo Girao (vous vous souvenez, le sol de verre). Nous avons pu sauter du bateau, observer de près les centaines de poissons qui nageaient autour de nous et profiter d'un moment de calme intense dans une eau pure et claire. Un vrai bonheur.

Et c'est ainsi que s'achève ce séjour à Madère, une semaine de découvertes en pleine nature que nous avons tout de même su rendre incroyable malgré les aléas de la vie. Les vacances sportives initiallement prévues auront fait place à une semaine de contemplation.
Demain matin nous reprenons l'avion de Funchal à Nantes, toujours à bord de la compagnie Transavia, puis nous rentrerons en voiture jusqu'à Rennes faire nos cartons parce que demain on déménage! :)

Informations utiles :

  • Voici le lien de notre notre Airbnb à Funchal.
  • L'eau est potable en grande quantité sur l'île, elle en produit d'ailleurs tellement que seul 20% sont utilisés.
  • Vous trouverez plusieurs compagnies de bus à Madère, chacune se complétant et couvrant une partie de l'île.
  • Le coût de la vie est plutôt faible et la monnaie est l'euro.
  • Nous vous conseillons d'investir dans des chaussures de plage car il y a presque exclusivement des plages de galets très valonées et donc peut agréables pour se déplacer. Le masque et le tuba sont un réel bonus étant donné la clarté de l'eau. Nous avons pu observer des poissons à chaque plage où nous nous sommes baignés.
  • Le seul restaurant ayant marqué notre esprit est le Well.com, la cuisine est faite maison par un personnel plus que sympathique. Les plats ne sont pas toujours forcément typiques mais ils ont le mérite d'être excellents et peu coûteux, contrairement aux deux/trois restaurants "touristiques" que nous avons essayé et qui remplissent les rues.
  • Les incendies de la semaine passée ont ravagé le sud-ouest de l'île, c'est pourquoi nous ne l'avons pas visité. Cette partie est d'ailleurs actuellement "déconseillée" par l'office du tourisme locale mais est splendide en temps normal.
  • Le sport le plus pratiqué de l'île est la randonnée sur ce qu'on appelle des "levadas", faute de pieds valides nous n'avons pu en pratiquer mais c'est un indispensable à la visite de Madère. Nous comptons revenir en profiter un jour.

Prochaine destination: la Normandie!